De l’Open Data au Data journalism

« Data » est la notion à retenir de ce passage à la nouvelle année. Après la création de data.gouv.fr en France, le 5 Décembre dernier, c’est au tour de l’Europe de se lancer dans l' »Open Data » ou le partage des données publiques ouvertes. Ce projet, lancé le 12 Décembre par la Commissaire européenne à la stratégie numérique Neelie Kros, a pour vocation de rassembler et de mettre à la disposition de tous des informations publiques de l’État. Ces informations sont rendues abordables à tout public grâce au data journalism.

Désormais, les États membres de l’Union Européenne devront numériser toutes les données de leurs administrations publiques et les rendre accessibles et gratuites dans un format numérique. Par « données des administrations publiques » il faut entendre toutes les informations produites, collectées ou achetées par les organismes publics (ou parfois privés) de l’Union Européenne. Le grand public pourra alors épancher sa curiosité sur différentes institutions ou entreprises et, en cela, rejoindre un principe de démocratie ouverte : encourager la réutilisation des données par tous.

Ce vaste programme d’Open Data s’inscrit dans une logique commerciale. Il devrait rapporter, en effet, plus de 40 milliards d’euros par an à l’économie de l’Union Européenne; et plus encore. « En additionnant les bénéfices indirects de l’ouverture des données publiques, le marché pourrait atteindre un volume de 140 milliards d’euros par an », souligne Neelie Kros dans une interview. Par une mise à jour de la directive de 2003 sur la réutilisation des données, la Commission européenne prévoit que « tous les documents rendus accessibles par des organismes publics puissent être réutilisés à des fins commerciales ou non, sauf s’ils sont protégés par un droit d’auteur tiers ». Des données réutilisables mais pas compréhensibles pour tous.

De l’Open Data au data journalism, il n’y a qu’un pas. En effet, le data journalism ou journalisme de données vise à reprendre ces données, les vulgariser et les valoriser pour qu’elles deviennent accessibles à un public lambda. Il s’appuie sur des informations chiffrées étudiées et comparées, les analyse et les explique afin d’enrichir un travail journalistique.  Longtemps réservé à la presse sportive et économique et boudé par les autres, le data journalism a notamment été étendu grâce aux études de WikiLeaks, trop complexes à déchiffrer pour un journaliste type.

Cette pratique du data journalism, déjà présente en Europe, est très prisée par les britanniques. Pour Simon Rogers, le directeur de l’équipe de data journalistes du quotidien The Guardian, « les gouvernements publient davantage d’informations, mais pas toujours dans une forme accessible (…). Ces données sont trop fréquemment publiées dans des formats pauvres, comme le .PDF, ou sans les informations qui permettent de les comprendre ou de les exploiter. (…) Nous pouvons néanmoins être le relais entre ces données et les citoyens qui tentent de comprendre mais ne savent pas par où commencer » (Libération). Devenu une branche du journalisme, le journalisme de données est un tremplin entre les gouvernements et ses citoyens. The Guardian réserve une section de son site internet au data journalisme : la DataStore et propose aux lecteurs un bilan de l’année 2011 en version data pour bien terminer et commencer une nouvelle année de données.

À propos de Coralie Horgue

- Étudiante à l'école de journalisme de l'Université Lumière Lyon II - Je fais un stage de 4 mois en Belgique, à Tournai, dans l'édition NordEclair de la société de presse écrite SudPress. - Attraits : presse satirique, grands reportages.

Publié le 5 janvier 2012, dans Uncategorized, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 5 Commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :